jeu. 24 décembre 2015 09:59 sur capdrugby.fr

Adryan Rebière, troisième ligne centre des juniors Balandrade et stagiaire du centre d’entrainement labellisé FFR du CAP a été sélectionné à Marcoussis, parmi 100 jeunes,  au stage de pré-sélection de l’équipe de France des moins de 18 ans.

 

CAP : Qu’as-tu ressenti en apprenant ta sélection ?

Adryan Rebière : Cela m’a beaucoup étonné car je joue en Balandrade mais cela fait bien sûr plaisir.

 

CAP : Comment s’est déroulée la semaine ?

A. R. : Nous avons travaillé sur le projet de jeu de l’équipe de France au travers d’entrainements et de séances vidéos. Un préparateur mental est aussi venu nous expliquer la préparation des matchs et des entrainements pour être à 100% à chaque fois. Cela sert beaucoup en se fixant des objectifs pour les réaliser au maximum. Nous avons également joué la coupe des provinces qui opposait le Grand est, le Nord Centre, l’Aquitaine et le Grand Sud. J’ai été titulaire lors des deux rencontres et nous avons gagné le tournoi. Cela nous a aussi permis de tester de nouvelles règles pour l’IRB comme le fait de reculer de un mètre derrière les rucks, les essais à six points, les essais de pénalité à 8 points…

CAP : Que t’a apporté ce stage ?

A. R. : Cela m’a apporté sur le plan technique et me donne envie de travailler encore plus pour être sélectionné. Cela m’a fait passer un cap mental. Cela hausse mon niveau pour jouer en club ensuite. Nous avons rencontré Guy Novès, Didier retière et Pierre Camou. C’est un bilan entièrement positif malgré le fait de ne pas être sélectionné.

 

CAP : Es-tu déçu par ta non sélection ?

A. R. : On espère toujours mais on sait que la liste est déjà presque faite avant le stage. Sur les 100 joueurs, ils n’en ont gardé que 41 dont seulement 7 ne font pas partie des pôles et encore ils jouent en Crabos pour des clubs de Top 14 ou Pro D2. J’étais le seul Balandrade. C’est déjà un honneur d’y être allé et de représenter les couleurs du club. Lors de l’entretien individuel du dernier jour, les coachs nous ont dit que la porte n’était pas fermée. Cela donne envie.

CAPD, Frédéric Cramarégeas

actu_1413